26 juin 2004

A la reconquête de l'Ouest

Un grand merci à tous les membres de mon éminent fan-club, c’est donc avec plaisir que la société Dolce Inc. vous fait part des plus ou moins extraordinaires z’aventures de sa présidente. En exclusivité, de notre correspondante permanente à NYC.

Première semaine de vrai traavail un peu violente, admettons le. Le New Yorkais n’a pas exactement le même sens du rythme de travail que l’espagnol, même préparant un mastère de marketing. C’est, étrangement, côté yankees, un tantinet plus rapide. Mes neurones ne se sont pas encore complètement remis, après des semaines de larvage et bornzage intensif sur la plage à Donostia. Dur. Je vous le dis, c’est plus la même chose. Faut savoir que qu’on veut, malgré tout. On ne peut pas avoir le soleil, les pépettes et le sourire du masseur. Bref je suis passée de l’option soleil à l’option pépettes sans même apercevoir le sourire du masseur sus-cité.

Mais ce n’est pas si grave. Ce week-end de repos était très très bien. Vendredi et samedi j’ai dormi chez une amie pour garder son chat Bisou – elle partait en week-end à Montréal. Ce qui m’a permis de troquer mon 10m² placard inclus contre son 70m². Pour passer de ma chambrette à son appart, j’accepte sans trop rechigner de changer la litière du félin.

Samedi avec des amis, on est allé visiter les Cloîtres, sur le 190ème et West End Avenue. C’est tout en haut de Manhattan, sur une colline avec un très joli parc. On a une vue superbe sur le Washington Bridge.

En fait, ces Cloîtres ont été réalisés avec le soutien financier et sur demande du Sieur Rockfeller au début du 20ème siècle. C’est une sorte de grand monastère reconstitué… à partir de fragments d’églises françaises, espagnoles ou italiennes. C’est amusant de se dire ah, tiens, le tronton de la chapelle vient de Dijon. Et l’auteul de Gironde ! Telle statue est de Rome, etc. … les jardins cloîtrés sont très bien faits, et c’est reposant de s’y promener. C’est calme, et l’air y est frais. Pour un peu, on se croirait hors des USA… L’ensemble des bâtiments fait penser à un vieux monastère espagnol, comme on en voit tant sur le chemin de Compostelle, ou encore aux Missions catholiques qui pullulent dans le Sud de la Californie (San Juan Capistrano, pour n’en citer qu’une). Sauf qu’ici, tout est reconstitué. Mais je suis sûre que la moitié des gens qui visitent sont persuadés que nooooooooooon c’est du vrai d’ici (des américains ??).

Après ça, on a été voir Shrek II – qui est certes sorti ici il y a un sacré bout de temps, mais qui fait un carton, et tient donc encore le haut de l’affiche. Eh bien, je l’ai trouvé mieux que le premier ! Si vous souffrez de la pluie un jour, faites vous plaisir et allez le voir, cela vaut vraiment le détour. Bon, et puis j’admets qu’en anglais dans le texte, c’était pas mal non plus. Il y a entre autres dans l’histoire un chat botté dont Antonio Banderas fait la voix… :)

Le soir on est sorti – mais pas très tard – au « Beauty Bar », un bar qui est un ancien salon de coiffure réaménagé. Tous les accesssoires (casques, fauteuils… ) ont été conservés, ce qui fait un décor kitch à souhait, façon années 70. On peut encore s’offrir une manucure entre deux verres… Amusant.

- Claire, on a pensé à toi avec Mag : on s’est évidemment commandé un Cosmo !

Et hier plage, histoire d’entretenir un peu le bronzage. Eh ben y’avait tellement de vagues qu’on aurait pu faire du surf… et, bien sûr, il y avaient aussi les lifeguards qui arpentaient la grève en quête d’une blondasse à sauver de la noyade… Nobody’s perfect.

Hier soir j’ai dîné avec des copines dans un petit restaurant japonais de l’East Village : ahhh les sushis qui m’avaient tant manqué en Espagne…

Après cela je suis rentrée, histoire d’être en forme pour attaquer la semaine… D’ailleurs il va falloir que je m’y mette, si je ne veux pas camper ici jusqu’à 19 heures ce soir…

A tous et à toutes des tas de muxus transatlantiques, avec mes remerciements pour avoir souscris à la niouzlettre de Dolce Inc.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un petit mot fait toujours plaisir, même pour pointer une faute.

Si vous ne savez pas quoi choisir dans le menu déroulant, cliquez sur nom/url. L'url est optionnel, et au moins vous aurez pu écrire votre nom !