5 mai 2004

Un jour, la culture s'étendra sur la Terre

DolceVita expatriée en Espagne voit bien après tout le monde arriver les phénomènes de société. BookCrossing.com a enfin traversé l'Atlantique pour aborder l'Europe et faire une percée en péninsule ibérique. Aussi étrange que cela puisse paraître, nous voilà reliés au Nouveau Monde par …la culture.

Mais si, c'est possible. Prenez 3 Américains pacifiques épris de culture - denrée rare mais tout de même - et laissez les mijoter un projet de bibliothèque planétaire sans budget conséquent. De quoi promouvoir la lecture et les échanges de livres de manière originale. En semant vos livres à tout vent.

Qui n'a jamais trouvé un livre sur le banc d'un quai de gare, dans une chambre d'hôtel, à la terrasse d'un café, puis l'ayant récupéré et lu, à nouveau laissé au jeu du hasard à l'autre bout du monde dans un restaurant, une cabine de téléphone, les marches d'un escalier ? C'est sur ce constat que l'Association BookCrossing s'est constituée en 2001. Leur concept ? Transformer la planète en bibliothèque. Gratuite. En « libérant » des livres un peu partout.

Les livres BookCrossing sont répertoriés sur le site Web grâce à un code de 10 chiffres BCID (BookCrossing Identification number). En trouvant un livre libre, votre mission, si vous l'acceptez, est de lire l'ouvrage, et, une fois achevé, d'aller sur le site BookCrossing.com pour le répertorier. De façon anonyme ou non : dites où vous l'avez trouvé, dans quel pays et quelle ville vous habitez, et ce que vous en avez pensé. Ensuite ? Ensuite vous pouvez relâcher l'ouvrage. Promis, il ne s'autodétruira pas dans les 5 secondes.

L'idée sympathique n'est pas seulement de trouver un livre… Mais aussi d'en relâcher, pour le simple plaisir de voir ensuite où il va se promener. Pour libérer un ouvrage, il suffit d'aller sur le site, et demander à le répertorier. On vous donnera un BCID, son numéro de passeport pour voyager en toute impunité, et qui vous permettra ensuite de suivre la larme à l'oeil les pérégrinations de votre bébé… ...

Et pour être sûrs que votre oisillon ne tombe pas du nid au premier coup de vent, au lieu de laisser votre Livre Libre n'importe où et qu'il termine esseulé dans une ruelle obscure, vous pouvez aussi vous référer aux « Hunting Zones » de BookCrossing.com, les endroits répertoriés comme points d'échanges d'ouvrages. J'ai vérifié, il y en a partout - même au Zimbabwe. Et pour augmenter vos chances de repartir ensuite avec un autre petit, le site donne aussi la date des derniers « lâchers » de livres par région. Pour que vous puissiez partir en chasse de lecture et culture.

Vous me direz que c'est bien joli mais on tombe sur n'importe quoi avec ce système là, et pas forcément sur des livres qu'on aurait aimé lire. C'est vrai. Et c'est peut-être aussi le charme de l'histoire. Se laisser prendre au jeu et découvrir un nouvel auteur parce qu'on n'y aurait jamais jeté un coup d'oeil autrement. Parce qu'on est bassement matériel et qu'on était bien loin d'envisager de débourser un centime pour un tel ouvrage. Parce qu'on se veut ouvert prêt à découvrir les autres… Mais que, foncièrement, on n'avait aucune idée de l'existence de Monsieur Unai Elorriaga, Basque Espagnol qui écrit merveilleusement bien (Un Tranvía en SP).

En Espagne où je suis en ce moment, des étudiants en Mastère de l'Université de Deusto (Campus de Bilbao, Donostia et Vitoria) ont ainsi eu l'idée de promouvoir ainsi de trois jeunes auteurs frais émoulus des bancs de leur fac en lâchant des exemplaires de leurs romans dans les couloirs et patios des campus. Peut-être l'idée germera t-elle du côté des grands créatifs chargés de campagnes de lancement publicitaire pour des maisons d'édition : une sorte de bouche à oreille mondial via un partenariat avec l'Association BookCrossing. Pour que la culture s'étende sur la Terre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un petit mot fait toujours plaisir, même pour pointer une faute.

Si vous ne savez pas quoi choisir dans le menu déroulant, cliquez sur nom/url. L'url est optionnel, et au moins vous aurez pu écrire votre nom !