29 mai 2009

De retour des montagnes qui fument

Et elles fument vraiment, en tout cas elles en donnent l'impression, quand des poches de brume s'y accrochent...
Voila, j'etais trois jours dans les Smoky Mountains avec Thomas le week-end dernier, et on sous estime le bonheur de l'air frais, de marcher dans la foret, de sentir la bonne odeur du sous bois, d'entendre le bruit etouffe de nos pas sur le tapis de feuilles...
On est parti vendredi soir, et comme d'habitude a l'aeroport de Newark, les petits coucous sont retardes pour que les gros porteurs partent sensiblement a l'heure. Le traffic aerien est trop important pour la capacite intellectuelle des gens qui y travaillent de l'aeroport. Mais bon, c'etait pas grave, on volait directement vers l'aeroport de Knoxville a cote duquel on dormait, et le lendemain seulement on a fait la route jusqu'au parc.


La, on a commence par faire un petit tour autour de Cades Cove, et fait notre premiere marche vers les chutes d'eau d'Abraham Creek, avec plein de petits ponts de bois (qui ne tenaient plus guere que par un grand mystere, etc.) pour traverser le cours d'eau le long du chemin :
Parfois un peu branlants, d'ailleurs, les petits ponts, hein, avec le bruit de l'eau sous nos pieds (je sais : je suis vraiment pas une aventuriere), j'etais bien contente d'arriver de l'autre cote, et surtout de voir les chutes :
Puis une autre balade vers les chutes de Laurel  (Laurel Waterfalls en anglais dans le texte).
Apres ca, on avait deja pas mal marche, et on a fait une petite balade plus calme, ou on a d'ailleurs, sur le chemin, pu apercevoir des ours. Pas de trop pres, hein, mais quand meme. On avait eu a Yellowstone des demeles avec un ours (rien de mechant, mais on s'etait fait suivre un peu quand meme), du coup, on est reste sage cette fois ci... et on n'a pas trop mis de pied hors des sentiers battus.
Le soir, fourbus, on a apprecie de faire trempette dans la piscine de l'hotel et apres le diner, couches comme des petits vieux a 10 heures, a tout casser...
Le dimanche, quand on s'est leve, il pleuvait. Bon, en meme temps, quand vous voyez la foret bien verte et l'herbe qui a l'air d'etre en bonne sante, c'est pas tellement etonnant hein... Du coup on a trainasse pour bruncher, et bonheur, il s'est arrete de pleuvoir quand on s'est remis a marcher dans le parc. On a certes eu quelques averses, mais pas de gros orage qui detrempe.
Le matin, direction Chimney Tops pour une balade version grimpette afin d'avoir une chouette vue sur le parc. Au debut de la balade, on a a d'ailleurs vu un arbre qui avait pousse bizarrement, donc hop, photo :
La fin du trajet etait interessante : il s'agissait de grimper sur des rochers pour avoir la vue en question... J'ai personnellement abandonne (oui c'est lache) a moitie des rochers, craignant une descente difficile sur les fesses, mais Thomas est alle jusqu'en haut pour voir ca :
Et pour prendre sa feignasse de cherie en photo un peu plus bas (j'etais beaucoup plus bas que lui mais il est sympa, il a zoome pour la photo) :
Inutile de dire qu'apres ca on etait "un peu" casses...
On a donc continue la journee par une promenade de senateurs (sur du goudron, pas dans la foret) pour acceder a Clingmans Dome, le point le plus haut du parc.
Puis une petite promenade pas difficile au milieu du sous bois, sur un sentier bien calme pour clore la journee.
Et le lundi, dernier jour ou il fallait reprendre la route vers l'aeroport, on a fait une longue balade vers les chutes arc-en-ciel, qui, bien qu'on n'ait pas vu l'arc en ciel (qui dixit les guides est surtout visible l'apres midi, mais l'apres midi on etait dans l'avion) etaient tres chouettes quand meme.
Apres ca il a fallu repartir (gradagroumpf*) et le lendemain j'avais mal partout mais c'etait chouette. On se rend plus compte qu'a New York on respire de l'air bien pollue, miam miam, et aussi que tout est bruyant... Ce n'est que le contraste de petits week-ends dans la verdure qui nous font un effet baffe et apres ca, on se demande "mais qu'est ce qu'on fait ici ?" puis ensuite on realise que vivre toute l'annee dans un trou perdu comme Gatlingburg**, dans le Tennessee, on finirait peut etre par gradagroumpfer*** beaucoup plus ?
D'ailleurs je sais pas vous mais moi j'ai bien du mal a comprendre quand ca cause, dans le Sud, j'ai l'impression que les gens ont une sorte de guimbarde en bouche et generalement je comprends "touing tsoin douing" quand ils causent. Pas facile pour communiquer, a part au resto ou on sait qu'on va nous demander ce qu'on veut boire et manger (et si on repond dans le desordre, le serveur reste suave, parce qu'il attend un pourboire).
A New York j'ai pris l'habitude, je comprends les gens. Et puis j'y ai un boulot, pour lequel je fais d'ailleurs en ce moment plein de diagrammes en couleur, des camemberts, des batons, des cylindres, c'est beau, mais ca prend un temps de dingue, et j'ai pas vraiment l'impression de rentabiliser mon cerveau mais enfin, "it pays the rent" comme disent les americains si pragmatiques...
Sur ces quelques bonnes paroles, felicitations, lecteurs, si vous avez tenu jusqu'ici, et bon week-end a tous !
_____
* Ca faisait longtemps que je l'avais pas ecrit, hein ?
** Desolee pour les habitants de Gatlingburg qui etaient tres sympas, sisi.
*** Rhaaa ca fait du bien de l'ecrire en fait !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un petit mot fait toujours plaisir, même pour pointer une faute.

Si vous ne savez pas quoi choisir dans le menu déroulant, cliquez sur nom/url. L'url est optionnel, et au moins vous aurez pu écrire votre nom !