14 octobre 2010

Désintox

Debut 2010, je me suis vue remettre pour mon boulot un blackberry. Rien d'exceptionnel, hein, pas un model flambant neuf ni rien, mais, un blackberry. Pour moi qui n'utilise mon telephone qu'en fonction telephone et de temps en temps qui tire la langue en ecrivant un message texte, grande revolution. 
Il est beau, hein ? Eh ben comme le clavier est un Querty avec deux 
lettres par touche, c'est supra hyper long et enervant de taper un email 
en francais quand le machin est fait pour taper en anglais au depart. 

Pour moi qui suis accro a Internet, gros probleme : j'etais scotchee au bidule des le petit dej pour verifier les emails (j'avais eu la "grande idee" de telecharger l'application gmail dessus). Deux commentaires sur le blog (mais impossible de les mettre en ligne depuis l'appli gmail du machin qui n'affichait pas le lien, grogne), un email d'une keupine, les bons plans bouquins sur amazon... La meteo sur le ouebe pour savoir si je mets cette petite veste trois quarts ou bien un trench et des bottes pour surmonter la mousson new yorkaise (il peut pleuvoir beaucoup a l'automne), et l'enervement post-thé : groumpf, les problemes au bureau dans les emails pros. 
Bon evidemment, pour eviter tout ca, il suffit de laisser le bidule en position eteinte au fond du sac. Ouaip. Sauf que, d'ou vous etes, vous l'entendiez peut-etre pas, mais moi, je l'entendais couiner de tristesse pour que jele prenne dans mes mimines et que je lui gratouille les boutons pour lire mes emails.
Dans les bons jours, j'arrivais a ne pas le re-regarder avant d'atteindre la station de metro, et ne pas le toucher pendant le trajet, ne le reprenant qu'en sortant de la gym, sur le court trajet me separant de mon bureau, pour verifier qu'entre temps le monde ne s'etait pas ecroule (comme si j'allais, telle la fiere descendante de MacGuyver, sauver le monde avec un blackberry, mouarf mouarf mouarf). 
Puis a la pause dejeuner, puis si je prenais un cafe, puis en quittant le bureau, puis dans le metro en revenant, puis a la maison avant de diner, et une derniere fois avant d'aller se coucher, les emails, la meteo, tout ca machin. 
Et rebelotte le lendemain. 
Dro-guee. Complement accro. 
Debut octobre, j'ai eu une semaine de sevrage force, sans blackberry visse a mon sac a main ni mon oeil droit. Eh ben, c'etait pas gagne. Passe le nuage de coton pre-petit-dejeunatoire "mais-euh-il-est-ou-mon-meileur-ami" (le blackberry) pour me rendre compte que, ah oui, c'est vrai, a pu. 
Moi. Moi qui m'etais ju-re-crache-si-je-mens-je-vais-en-nenfer que jamais au grand jamais on ne me prendrait avec un telephone soit disant "intelligent" dans les mimines, voila a quoi j'en etais reduite : a me tortiller sur ma chaise au petit dej en me tordant les mains et pleurnichant, parce que je n'avais pas mon internet fix. J'ai honte. Si. 
C'est pas pour rien que ca marche, les cures de desintoxication du blackberry aux USA, hein.

10 commentaires:

  1. je compatis, ça me faisait ça aussi avec l'iPhone au début. Depuis 6 mois ça va mieux, mais parfois que je pousse mon caddie au supermarché et que je regarde mes mails pro sur mail for exchange, je me dis que je suis sacrément atteinte encore...

    RépondreSupprimer
  2. Ah tout pareil que toi avec mon smartphone.

    RépondreSupprimer
  3. Et alors, depuis tu as récupéré ton blackberry?

    RépondreSupprimer
  4. Je comprends tout a fait ton probleme. D'ailleurs je ne vais pas parler des cures de desintox a mon mari sinon il va m'y envoyer illico presto. Moi je suis tres tres accroc. Quand je ne suis pas devant mon ecran, je le consulte a peu pres toutes les 10 min ... bon d'accord, j'avoue ... toutes les 5 min. Le matin, avant d'avoir pose le pied parterre je reponds a mes mails perso ou pro depuis mon lit. Et en plus du blackberry, j'ai mon Itouch ou je verifie la meteo, facebook (plus joli que l'appli blackberry), eyewitness news, Le Monde etc.(faute d'avoir un Iphone je combine un blackberry tout pas beau mais paye par le boulot et un Itouch plus joli avec plein d'appli).
    C'est grave docteur ?

    RépondreSupprimer
  5. J'étais comme toi avant d'arrivée aux US. Smartphone, forfait illimité internet.

    En arrivant je suis passé a un forfait ultra basique: 30 minutes de conversation rechargeable.


    Depuis j'aurais pu repasser à un forfait normal avec le net etc... Le cas ou cela serait véritablement utile se compte sur les doigts d'une main chaque mois donc bon, claqué une centaine de dollars par moi la dessus, j'ai laché l'affaire.

    Si j'ai vraiment besoin de communiquer, j'ai un netbook sur moi et je vais dans un starbucks, et basta :).

    En revanche je constate que les gens autour de moi sont complètement accro, bien plus aux US qu'en France. Il nous arrive parfois d'aller à des soirées ou deux personnes se parlent sans re regarder, en textant. Etrange.

    RépondreSupprimer
  6. Ça fait deux fois que je repose un iPhone après l'avoir choisi dans un magasin apple. Tout cela me conforte dans l'idée que j'ai bien fait,.... pour combien de temps?!

    RépondreSupprimer
  7. Moi c'est tout pareil mais j'ai arrêté de laisser le BBY sur la table de nuit sinon j'étais capable de répondre à des emails la nuit... Je suis en ce moment en plein dilemme car j'aimerai changer pour un Android (vu que Verizon met SA VIE à avoir l'iPhone) mais j'ai trop peur d'être en manque du BBY... c'est grave docteur?

    RépondreSupprimer
  8. C'est marrant, moi j'ai eu un blackberry à peu près deux semaines il y a deux ans, rendu à bouygues pour cause de ras le bol d'être connecté à mes mails non stop... faut dire qu'à ce moment là big boss jouait souvent du mail intempestif, y'avait donc un rapport de cause à effet possible... Là je change l'iphone pour un android, on verra bien!

    RépondreSupprimer
  9. Ahhh je me sens moins seule merci !
    Et en fait... j'ai toujours pas recupere de blackberry, donc je suis tres zen au petit dej en ce moment !

    RépondreSupprimer
  10. Ouh, comme je te comprends, je viens de m'acheter l'iPhone 4, j'te dis pas, j'arrive pas à en décoller...

    RépondreSupprimer

Un petit mot fait toujours plaisir, même pour pointer une faute.

Si vous ne savez pas quoi choisir dans le menu déroulant, cliquez sur nom/url. L'url est optionnel, et au moins vous aurez pu écrire votre nom !