31 décembre 2005

La Noyelle, deboires de transports

Petit papa Noel, quand tu descendras du Ciel…
C’est Tino Rossi, Corse de son etat, qui a ecrit la chanson. Moi, pour reprendre, je l’ai chantee du haut de mes fenetres Corses cette annee. Mon premier Noel loin de ma Lorraine natale. Different certes mais tres bien.


Bon evidemment, j’ai failli louper mon avion Orly-Bastia, parce que ces grands malins d’Aeroports de Paris ont fait poser mon vol New York-Paris dans les paquerettes au fond de CDG, tellement loin que les navettes pour le debarquement par bus sont arrives ¼ d’heure plus tard encore. Et comme le 23 decembre tout Paris prend sa voiture pour aller se promener sur le peripherique, le car Air s’est logiquement retrouve coince au milieu. Ce qui fait que je suis arrive 10 minutes après la fermeture de l’enregistrement au comptoir… Gloups ! Mais comme je n’avais pas de bagage en soute et que le vol avait du retard, on m’a tout de meme embarquee. Ouf que parce que sinon bof… Aux Etats-Unis ce ne serait pas possible : a la fermeture de l’enregistrement, la liste des passagers est envoyee au FBI, donc pas de passe droit pour les retardataires (meme si c’est pas de leur faute).
Ahhh la Corse. Rien qu’au sortir de l’aeroport, ca sent bon les figuiers. Ca change de la pollution New-Yorkaise… !
Au programme de mes journees de vacances : rien. A part un peu de rangement. Sur le theme de “Ou est Charlie” : mais ou sont les cartons de Dolce ? Dans le demenagement, les miens ont une etiquette jaune. Ca n’empeche pas qu’il faut atteindre les bonnes strates et je n’ai toujours pas mis la main sur des tas de bouquins – entre autres mes Tintins et mes livres de cuisine (j’aurais bien aime remporter au moins un livre de cuisine d’a moua). Et puis de bons repas, Noel oblige… D’ailleurs pour la Noyelle j’ai ete bien gatee : un pull en cachemire, un livre de cuisine corse (est ce que maman savait que je ne retrouverais pas mes cartons ?), des boucles d’oreilles et un bracelet, des livres…. De quoi remporter un peu la France a New York, et pour en avoir plein les oreilles, Thomas m’a offert aussi un iPod nano. Rhoooo “gatee pourrie” comme dirait ma grand-mere.
A part ca, histoire de se remuer un peu plus qu’en montant des marches armee de cartons, on est aussi descendu jusqu’a Bonifaccio, on a visite la vieille ville perchee sur la falaise – quel vent !


Le 28, j’ai quitte la Corse pour aller passer un peu de temps a Strasbourg chez Thomas, via Paris ou j’ai croise Anne (avec remise de cadeau dans le metro, mais si mais si !). D’ailleurs le cadeau de Noel de la Miss, que j’avais trouve avant le demenagement de mes parents, se trouve quelque part dans les cartons a etiquettes jaunes… No comment ! A Strasbourg, un passage donc chez les parents de Thomas, et un dejeuner avec mon oncle et ma tante – du poisson pour changer du foie gras (mais je ne m’en lasse pas, meme s’il est dangereux pour la longevite de mes pantalons).
Le 30, retour a New York. Trois heures coincee dans mon avion cloue au sol a Paris, encore une fois merci a ADP qui n’a pas assez de materiel de degivrage pour les avions… Groumpf. Contente d’atteindre enfin Hoboken le soir pour se reposer… en attendant de feter la Sain Sylvestre (la suite de l’histoire vendredi prochain, vive le suspense…)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un petit mot fait toujours plaisir, même pour pointer une faute.

Si vous ne savez pas quoi choisir dans le menu déroulant, cliquez sur nom/url. L'url est optionnel, et au moins vous aurez pu écrire votre nom !