9 juillet 2003

Après le stress, le réconfort

Nuit horrible. Entre deux sommes, j'étais persuadée que j'allais me faire virer ce soir de ma résidence. Je me suis réveillée en sueur à 7h30. j'étais tellement retournée que je suis partie bosser sans regarder l'heure, total je me suis fait bloquer devant les portes de Wathne : la réceptionniste n'étais pas encore arrivée…...
J'ai bossé au radar avant de craquer et de raconter mes malheurs à Justo pour essayer d'obtenir de Wathne une avance sur salaire. J'avais entre temps appelé ma banque et le transfert n'était pas encore effectif. Re-gloups.
J'ai galéré jusqu'à 13 heures, où j'ai eu un e-mail du vice-président de ma banque new-yorkaise me disant que le transfert était enfin réalisé. Ouf ! Entre temps, Justo s'était arrangé pour qu'on me fasse l'avance de salaire, et si d'aventure ça n'avait pas été possible ce soir, il m'aurait personnellement prêté l'argent ! J'en aurais presque sauté de joie.
L'apèrs midi, bizarrement, a donc été bien plus cool.
Dîner chez un Entrenewyorkais à Brooklyn, Leonard Street, 339. Quartier calme à dominance italienne, second étage d'une maison de ville : un grand F2.
Le bonheur d'une plâtrée de pâtes au pistou, en écoutant Carla Bruni égrainer les accords sur sa guitare.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un petit mot fait toujours plaisir, même pour pointer une faute.

Si vous ne savez pas quoi choisir dans le menu déroulant, cliquez sur nom/url. L'url est optionnel, et au moins vous aurez pu écrire votre nom !