6 juillet 2003

Vamos a la playa (air connu)

Journée de plage : la joie d'un dimanche dans les douces odeurs de crème solaire…
La plage, Jones Beach, était en effet immense. Et tout aménagée : restaurants, toilettes, poubelles tous les 100 mètres… ET les fameux lifeguards, du haut de leur tourelle de bois blanc, scrutant l'horizon. Seuranne ne vois tu rien venir ? Non, passe moi l'huile solaire, je m'entends cuire.
Pour leur éviter de bouffer leur sifflet ou de tomber de leur chaire haute comme si c'était le début de la troisième guerre mondiale atomique juste là, sur leur bout de plage, il faut se faire violence et
1. nager uniquement entre les drapeaux verts - s'agirait pas qu'ils courrent trop loin pour aller rechercher les noyés.
2. ne pas nager trop loin vers l'horizon pour les mêmes raisons.
Soit.
A part ça on a le droit de faire les fous même dans les énormes vagues et rouleaux de l'Atlantique et c'est le pied, une fois passée la surprise que ressent le premier orteil au contact de l'eau glaciale.
Comme je suis une jeune fille raisonnable et que je me suis tartinée de crème solaire Nivéa Sun® Indice 20 Waterprooft, je n'ai pas la couleur de l'écrevisse en rentrant.
Une bonne douche là dessus, en rentrant, puis mon habituelle balade au Riverside Park pour bouquiner en admirant le coucher de soleil. Mon petit rituel.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un petit mot fait toujours plaisir, même pour pointer une faute.

Si vous ne savez pas quoi choisir dans le menu déroulant, cliquez sur nom/url. L'url est optionnel, et au moins vous aurez pu écrire votre nom !