6 août 2005

Voyages SNCF

Une interprétation très subjective de la notion d’information.

Quand je prends le train, c’est pas pour rigoler, comme disent les petiots, c’est pour faire l’aller-retour Reims-Paris, généralement dans la journée, et aller faire risette au siège de Rémy Cointreau, voir agences ou fournisseurs, etc. Bref on fait voyager une personne au lieu d’en déplacer une dizaine, c’est tout de même plus rationnel.
Je prends donc le train, et je n’appelle pas ça voyager. Voyager. Pour moi le terme fait référence à l’air iodé de la mer, à la découverte, cultures différentes et décalage horaire.
Pas mettre mes fesses dans un train et débarquer une heure et demi plus tard pour sauter dans un métro et enchaîner sur une journée de travail.
Je suis donc de plus en plus effarée par la notion de service entendue par notre chère SNCF pour qui le train nous permet d’avoir des idées en avance… Je ne sais pas vous mais moi, quand mon train s’arrête au bon milieu des vaches ou des vignes, de la morne plaine ou de la banlieue entre deux gares, je me dis « ce n’est pas grave, on va repartir tout de suite ou bien nous dire pourquoi on s’est arrêté ». C’est parce que je suis naïve. Je ne conçois pas qu’on puisse stopper plusieurs fois lors d’un même trajet sans expliquer le pourquoi du comment. J’espère toujours encore un petit peu. Je me réjouis d’entendre la voix du conducteur « Mesdames, Messieurs, notre train est arrêté en pleine voie ». Et là, l’explication… ? « Par mesure de sécurité, nous vous demandons de ne pas ouvrir les portières ». Je ne vois pas le rapport entre l’ouverture des portières et la cause de notre arrêt, sauf si un crétin a décidé de se jeter sur les rails, ce qu’on aurait le droit de savoir, on travaille, quoi !
Mais non.
Et ne vous attendez pas non plus à ce que le contrôleur vous rassure ensuite. Généralement on vous mord pour poinçonner votre billet, sans oser vous dire ni bonjour ni merci… Je dois être super impressionnante du haut de mon mètre cinquante huit quand je suis assise.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un petit mot fait toujours plaisir, même pour pointer une faute.

Si vous ne savez pas quoi choisir dans le menu déroulant, cliquez sur nom/url. L'url est optionnel, et au moins vous aurez pu écrire votre nom !