6 février 2005

Red is not the colour of innocence

Petite semaine… J’'étais à Reims depuis mercredi et me voilà déjà de retour en Lorraine !
Mon passage éclair chez Heidsieck s'’est très bien passé. Alexandra, ma responsable de stage et chef et accessoirement responsable Relations Publiques (RP pour les intimes et tous les aficionados des sigles divers et variés) pour l’'entreprise sus-citée, m’'a accueillie presque deux heures dans son bureau pour m’'expliquer le fonctionnement de la maison, et me montrer (en exclu !) le plan de RP pour 2005. J’'en suis sortie avec un livret interne représentant les valeurs de la marque. Après avoir travaillé six semaines pour Canard Duchêne en tant que OPLV Consulting*, ça m’a rappelé de bons souvenirs, les maîtres mots revenants étant : tradition… et modernité. Je me gausse, je me gausse. Et leur leitmotiv : Red is not the colour of innocence.

Pour le reste des impondérables de ma petite semaine à Reims : la recherche de mon futur logement… Pas évident. Les studios meublés font définitivement tous moins de 20m², comme ça on n’a plus qu’'à mettre l’'étagère entre la gazinière et la fenêtre histoire d’'avoir un box pour dormir. Perso, je sais, vous allez peut-être penser que j’ai des goûts de luxe, mais ce n’'est pas New York et j’espère bien trouver un peu plus grand tout de même. Je visiterai lundi prochain deux appartements pour une collocation (rue du Barbâtre et rue des Augustins, pour ceux qui visualisent Reims). J’'ai visité mercredi soir quelque chose qui restera gravé dans ma mémoire comme le plus… pittoresque. Pour vous situer. Place Stalingrad, au bout de la rue de Vesle (rue commerçante, s’il en est, de la ville champenoise), il y a un établissement dont le nom évocateur est : le Funespace. Au dessus de cet établissement on ne peut plus respectueux, les propriétaires ont un appartement, type F5/6 qu’'ils ont visiblement l’'habitude de louer, ou plutôt laisser en pitance aux étudiants de l’'ESC Reims. La boîte aux lettres en dénote déjà, à l’'entrée : un autocollant de Midnight Excès l’'orne fièrement. Midnight Excès étant le Bureau des Elèves de Sup de Co Reims de l’'année 1999-2000 si je ne m'’abuse. C’'est juste pour situer. On accède à l’'appartement par une petite cage d’'escalier jonchée de débris divers et variées et d’'une couche de poussière dont les strates les plus basses datent sûrement elles aussi de Midnight Excès. L'’appartement, en lui-même, a dû etre sympatique fut un temps. Je pense que le linoléum a été beige clair à cette époque reculée. Le plus frappant, peut-être, c’'était la cuisine. Une couche de peinture blanche sur les murs, commençait à grisonner sous des années de tags et signatures de Supdeuks un peu fatigués en fin de soirée, du sol au plafond la cuisine entière en est couverte ! C’'est évidemment sans compter les surcouches de moutarde, ketchup et autres substances que je n'’ai pas essayé d'’identifier. Du coup je n’'ai même pas voulu voir la tête de la salle de bains… J'’ai eu trop peur. Autant dire que pour l’'instant j’'ai fait chou blanc dans ma recherche d'’appartement… ! La suite de cet épisode lundi soir ou mardi, selon mon ardeur à l’'écriture.

Hier soir, petit dîner de famille avec mon oncle et ma tante dans le coin de Manse (Meurthe et Moselle). Couchée tard et fatiguée maintenant... Et cette après-midi, fete pour l'’anniversaire de Spaceruler : une fin de semaine décidément difficile…





*OPLV Consulting : SAS dont les actionnaires principaux sont Julien, alias Trazichou, Laure, Aude et moua-même. (parce qu’'On Préfère Les Vacances)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un petit mot fait toujours plaisir, même pour pointer une faute.

Si vous ne savez pas quoi choisir dans le menu déroulant, cliquez sur nom/url. L'url est optionnel, et au moins vous aurez pu écrire votre nom !