20 février 2005

Une semaine mouvementée

Du mouvement cette semaine… qui m'’a vraiment changé de Maizeray-plage.
J'ai commencé mon stage chez Piper Heidsieck lundi. Les deux premiers jours, ce n'était pas vraiment transcendent : essentiellement de la lecture de revues spécialisées sur les vins, les champagnes, etc... pour faire de la pige et "sentir" le style des Maisons : on ne communique pas pareil chez Veuve Clicquot, Moët ou Piper. Grosso modo, j’'avais une pile de magasines du dernier trimestre 2004 sur les vins, la gastronomie et le champagne, à lire. Sympa une demi-journée, pas vraiment « thrilling » deux jours entiers. Des articles sympas, pourtant. Notamment dans le dernier Guide Le Figaro consacré à la gastronomie et au champagne, un article qui narrait la rencontre de Gérard Boyer (l’'ex chef des Crayères, restaurant très haut de gamme à Reims) avec Martin Beratasegui, chef du Kursaal à San Sébastien où j’'avais été déjeuner avec mes parents. Les deux sommités se délectaient de champagne millésimé avec du jambon pata negra et fromages locaux, une combinaison que je n’'aurais pas osée.
Mercredi ma boss qui navigue entre Paris et Reims est revenue, et m'a expliqué des choses plus intéressantes en me laissant prendre le lead sur quelques dossiers déjà. J'ai le plaisir de superviser l'exécution de la Lettre Piper-Heidsieck n°2 qui doit sortir fin février dernier carat ! Ce matin j'ai briefé l'agence de communication qui se charge de la mise en page et de l'impression. Ils ont déjà travaillé dessus, mais y'a pas mal de retouches à faire. Amusant : moi la p'tite stagiaire qui briefe un quidam de 40 ans pour lui dire ce que la marque attend !
Jeudi après-midi, plus sympathique : visite des caves. Strass et paillettes du côté de Piper-Heidsieck, très lié au cinéma puisque champagne fournisseur officiel du festival de Cannes, par exemple. Et dégustation de Piper Heidsieck brut. Pas mal. Ensuite, descente dans les caves de crayères (craie de Reims) de Charles Heidsieck, une visite "non officielle" cette fois-ci puisque les caves Charles H. ne sont normalement pas ouvertes au public ! J'y ai vu des jéroboams (3L) de Charles Heidsieck Millésime 1981 (mon année de naissance, et paraît il une belle année en champagne) et des bouteilles à pas moins de 600 euros, reposant tranquillement à 20 mètres sous terre. Impressionnant ces mers de champagne, jusqu’à 60000 bouteilles par crayère : des murs entiers de bouteilles sur lattes. Après cela, retour sur le plancher des vaches, et passage au Manoir Charles Heidsieck pour une dégustation de Charles Brut, mis en cave en 2000 (qui n’est pas un millésime) et de Charles Millésimé 1995. Très bon, je dois dire. Mon seul regret ? On ne termine pas son verre, et tout ce bon vin vole à la poubelle… Quel gâchis !

Vendredi, échanges avec l’'agence de relations presse de Piper-Heidsieck pour les faire retravailler le dernier dossier de presse concernant le Rosé Sauvage qui vient de sortir. Et l'’après-midi, j'’ai commencé à plancher sur le coffret de Noël qui sera mis en vente pour Charles Heidsieck : un coffret de jeux en bois. Je travaille donc pour remodéliser une version « en champagne » du jeu de l'’oie. Et aussi sur l’'éventuelle adaptation de la Guerre des Moutons en « course au vignoble » ou quelque chose du style. C’'est ludique : j’'ai carte blanche pour créer les règles du jeu de ces deux versions. A ma charge ensuite d’'avoir les devis des éditeurs de jeu pour la réalisation !
Je travaillerai donc en partie sur cela la semaine prochaine. Et dire que je suis payée pour ça ;)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un petit mot fait toujours plaisir, même pour pointer une faute.

Si vous ne savez pas quoi choisir dans le menu déroulant, cliquez sur nom/url. L'url est optionnel, et au moins vous aurez pu écrire votre nom !