29 juillet 2010

Si ce n'est pas Carnaval, alors quoi ?

Une lectrice tres tres assidue qui etait a New York au mois de mars m'a envoye toute une serie de photos a tendance enigme de choses originales new yorkaises. Mafalda, tu me donnes donc du contenu a poster sur le blog, mais aussi du fil a retordre ! 
Voici la premiere de la serie : 
Et le commentaire de Mafalda qui va avec : 
Ces personnages intrigants ont été croisés à Harlem un dimanche en matinée.
Ils semblaient sortir d'une messe, mais à quelle congrégation ou secte appartiennent-ils?
Ce que je peux vous en dire, c'est qu'aucun n'avait l'air aimable, que la photo a été prise au zoom, et qu'ils prenaient des notes en épiant leur entourage! Alors qui est-ce?

Boooon....  Je ne suis pas beaucoup plus avancee. J'avais un peu envie de dire, effecitvement, que c'etait carnaval ou jour Saint a Harlem : les do rags sont blancs et immacules, tout ca.
Du coup je suis allee googler Harlem Religious Congregation en me disant, fastoche... Disons que s'il y avait un peu moins de 50 resultats ca serait pas mal, mais la recherche me trouve 53000 references. Gloups...
Apres recherche, je pense que ces personnes sont des magico religious. Grosso modo, des marabouts qui operent un peu comme des pretres paiens. 
Petite explication historique (d'apres un extrait d'article de Britannica)
Dans les années 1920, la population noire de Harlem a explose. En 1925, on comptait plus de 200.000 habitants. Comme la population a augmenté d'un coup, les conditions sociales et de santé se sont tres vite détériorées à Harlem créant ainsi un besoin et un marché pour les 'magico-religieux'. (une population, n'ayons pas peur des mots, pauvre et naive). Ces individus ont passe a la moulinette des idées concernant les  phénomènes surnaturels, des pratiques occultes, et les croyances religieuses. Le but ? Repondre au besoin de la population s'interrogeant sur la vie communautaire, l'argent, la famille, l'amour, la sante, ce qui fait bouger le cul des Andalouses, etc. Nous, on dirait des marabouts. 
Le terme "magico religieux" est un peu fourre-tout, il permet de tout caser dedans, quelle que soit la croyance religieuse initiale, la culture, les traditions... On trouve donc pas mal de guerisseurs, voyants, diseurs de bonne aventure, mediums, et meme des "professeurs". 
Dans les annees 20, la recrudescence de ces marabouts a commence a inquieter le gouvernement ainsi que les "vrais" professionels de la sante qui ont monte un mouvement national pour nettoyer tout ca. Une campagne a donc ete mise en place a Harlem, mais n'a eu des resultats que tres mitiges : les pontes qui l'avaient pondue ne comprenaient pas la dynamique ni les systemes segmentes de la communaute de Harlem. (Cette campagne n'a d'ailleurs pas fait de bien a Harlem en general, car mal implantee, on peut considerer qu'elle a contribue a laisser le quartier s'enfoncer dans la pauvrete sans en regler les vrais problemes a l'epoque.).  
Si les magico-religieux sont moins nombreux aujourd'hui, ils existent et operent toujours dans le quartier. Je suppose donc que ces gens la en sont...

Je ne suis donc pas sure que les personnages sur cette photo soient effectivement des marabouts de ficelle, mais disons que ca serait une explication plus plausible qu'un rassemblement de carnavaleux un dimanche matin au coin d'une rue, alors que c'est meme pas carnaval. Si vous avez une autre version des faits, je suis preneuse !

8 commentaires:

  1. ce serait intéressant de voir de plus pres l'ecusson que le monsieur porte sur son épaule gauche. ça donnerait peut etre des indices. Mais que font les experts!! :-)

    RépondreSupprimer
  2. Salut, j'ai déjà vu des ces types à Philly, ils font leurs prêches au coin de Broad et Market... l'air aussi aimable qu'un pitbull pas aimable (non. mais y'en a des gentils, c'est pour a !), ils font très "la fin du monde !". Il y en a toujours un au milieu qui cause (le chef ?) et plusieurs autres autour qui lui tournent le dos et regardent la foule, genre garde du corps, si tu t'approches, je te mords... Je ne sais pas si ce sont des marabouts, mais en tout cas des prédicateurs... Enfin, pour conclure : ils n'ont certes pas l'air commode !

    RépondreSupprimer
  3. Christelle : je ne peux pas zoomer plus. Que fait la police ?

    Ann-Ael : c'est sur q'ils ont bien la tete du pitbull en mode grognon... Merci pour le complement d'information !

    RépondreSupprimer
  4. J'en ai croisé des comme ça a Harlem aussi la semaine dernière et je me suis posée la même question, je connais des gens qui habitent harlem je vais leur demander s'ils savent qq chose a propos de ces gens.

    RépondreSupprimer
  5. Serge The Crazy MD30 juillet 2010 à 09:30

    Dolce, je vais probablement proférer une grosse bêtise mais tant pis : j'ai zoomé et retouché la photo (par ailleurs d'une grande netteté et richement pixélisée) mais impossible, à cause d'un reflet,de bien distinguer l'écusson sur l'épaule de l'individu qui fait face.
    Par contre, sa main gauche, posée sur la ceinture, semble masquer...une étoile de David ! Ce qui n'aurait rien de tellement extraordinaire sachant qu'à Harlem un nombre non négligeable de noirs (parfois d'ascendance éthiopienne) sont convertis au Judaïsme. L'aspect élégant général du costume, le turban et la chasuble pourraient même inciter à croire qu'il s'agit d'un rabbin...
    Mon hypothèse vaut ce qu'elle vaut...mais à défaut...

    RépondreSupprimer
  6. voilà une énigme qui porte bien son nom ! l'écusson et la ceinture portent un hexagramme, mais on distingue mal en effet le dessin de l'écusson. L'homme de face porte le numéro 42... que dire si ce n'est ce que l'on remarque et que je n'ai aucune idée de la réponse !...

    RépondreSupprimer
  7. Coralie : je serais ravie de savoir si j'ai tape dans le mille ou pas du tout !

    Serge : ca n'est pas un rabbin, ca, j'en suis sure a 100% !

    Rudy : on remarque en tout cas que tu as bien etudie la photo ;)

    RépondreSupprimer
  8. On m'a aidé mais j'ai la réponse, ils se font appeler les True Israelite.
    Dolce, une autre énigme ?

    RépondreSupprimer

Un petit mot fait toujours plaisir, même pour pointer une faute.

Si vous ne savez pas quoi choisir dans le menu déroulant, cliquez sur nom/url. L'url est optionnel, et au moins vous aurez pu écrire votre nom !